Étiquette : Nintendo

Manucure Animal Crossing New Leaf avec les vernis 1 Seconde de Bourjois !

Vous l’avez compris, je suis accro à Animal Crossing New Leaf

 

Du coup l’envie me trainait en tête d’en faire un nail art, et quand j’ai vu les belles couleurs des vernis 1 Seconde de Bourjois, j’ai sauté le pas !

 

Vernis 1 Seconde Bourjois

 

Pile ce qu’il me fallait, de gauche à droite : le Sunny Sunday, le Méli Melon et le Turquoise Block !

 

Je me suis lancée, tout d’abord en commençant par la feuille, à l’aide du dotting tool et du pinceau de la même marque.

Assez pratique parce qu’il n’y avait pas besoin de trop attendre que la base jaune sèche, par contre du coup il fallait se dépêcher pour appliquer le vert sans faire de gros pâtés.

Un peu le stress de me foirer aussi. Mais ça a été, *je trouve*.

 

Feuille nail art Animal Crossing New Leaf

 

Désolée les photos sont de mauvaises qualité, j’ai installé iOS 7 en bêta sur mon iPhone et depuis les photos sont un peu nulles…

 

Et pour rester dans le thème de la 3DSXL édition limitée, j’ai ajouté des pois sur les autres ongles (mais le Sèche Vite a un peu abimé le jaune sur l’accent nail). 🙂

 

nail art Animal Crossing New Leaf

 

Alors, qu’en pensez-vous ?

Dans mon entourage et au travail, personne ne joue vraiment à ce jeu donc je n’ai pas eu trop de remarques…

J’aime assez le résultat glossy des 1 Seconde en tout cas !

Animal Crossing New Leaf : un petit break bucolique pour 3DS

ACNL logo

S’il est une série de jeux que j’ai toujours appréciée et attendue sur chaque plate-forme Nintendo, c’est bien Animal Crossing.

 

Animal Crossing (titre japonais : 動物の森, la forêt des animaux, qui résume bien le délire), ce jeu atypique, où le joueur, seul humain, emménage dans un village peuplé d’animaux plus ou moins bizarres et mignons.

Qu’est-on censé y faire ? Et bien, un peu tout et rien, cueillir des fruits, rendre service, collectionner des tenues… Toute une panoplie de choses, en essayant d’économiser pour rembourser l’emprunt de sa maison (!) et la faire agrandir.

 

ACNL logo

 

J’ai découvert ce jeu sur GameCube à l’époque. Les bases étaient déjà là : on emménage, on économise, on rembourse, on achète des vêtements et décore sa maison.

Le super point positif (hélas disparu depuis…) : il était possible d’acheter des consoles de jeux et de jouer à des grands classiques. Si, si, dans le jeu, en achetant (avec la monnaie du jeu, pas de DLC à l’époque!) des combos NES + jeu.

 

Je ne vais pas faire une chronologie détaillée, vint ensuite Animal Crossing : Wild World sur Nintendo DS (on notera les sous-titres/jeux de mots) qui introduisit la notion de multijoueur en local, Animal Crossing : A nous la belle ville ! sur Wii et son nouveau centre-ville.

 

Bizarrement, c’est un jeu sans vrai but, très libre, cependant plus restreint qu’un Sims, et pourtant très plaisant.

 

Alors, à l’annonce (enfin !) de la sortie prochaine de la version pour Nintendo 3DS du jeu, et qui plus est, d’une édition limitée de la console, j’ai craqué et précommandé.

C’était il y a quelques mois…

Vendredi dernier, après un petit stress car le suivi postal a eu quelques soucis, et un peu d’impatience (je l’avoue) car la plupart des journalistes/etc l’avaient eu vraiment bien plus tôt… Je l’ai enfin reçue !

 

Nintendo 3DS édition limitée Animal Crossing New Leaf

 

3DSXL Animal Crossing New Leaf

*J’ai pris un peu de temps avant d’enfin pouvoir y jouer, le temps de tout transférer depuis mon ancienne console et de re-télécharger le jeu*

 

Et donc, depuis vendredi soir, je joue, petit à petit, à Animal Crossing New Leaf.

Car oui, ce jeu est prenant. Et à la fois, (presque) impossible de tomber dans l’addiction : avant 9h, et après 22h, il n’y a à peu près rien à faire (ce qui était le cas des jeux précédents – même si cette fois on verra quelques exceptions aux règles).

 

Bref.

Mon personnage est généré, à la suite de questions servant à déterminer le sexe. Aléatoirement ? Un peu ? Même si je me demande si le générateur ne se base pas sur notre Mii tant la ressemblance est frappante. Néanmoins, pas d’utilisation directe du Mii comme sur l’épisode Wii.

 

La même chose en mieux ?

 

Nous arrivons en ville, et là… Première surprise, il s’avère que nous serons le maire de la ville ! (au revoir, Tortimer…)

Marie, notre assistante (du coup), se charge de nous accueillir et dès lors il est possible de s’installer.

Deuxième surprise (pour les habitués de la série) : il est possible de choisir où sera sa maison.

Mais, vraiment, en trainant Nook (le revendeur immobilier de la série) jusqu’à son endroit préféré. Une petite nouveauté toute bête mais sympa, comme la possibilité de choisir la typologie de son futur village entre plusieurs cartes avant d’arriver.

 

Il est temps de faire le tour et de découvrir à quel point le jeu a évolué, sans en avoir l’apparence.

En effet, tous les graphismes ont été revus à la hausse, tout en gardant cet aspect un peu enfantin propre à la série. Et c’est très plaisant !

De mon côté, j’hérite de la pomme, chaque village ayant son fruit spécifique. J’y reviendrai.

 

Et il est enfin tour de découvrir ses voisins-animaux, ayant chacun un caractère (coquet, sportif, …) et une race propre (chat, grenouille, koala, …).

Ils sont parfois très mignons…

 

Animal Crossing New Leaf 1

 

Parfois moins…

 

Animal Crossing New Leaf  4

 

 

De nouveaux voisins arriveront de temps en temps, et d’autres partiront, le tout avec un système « en temps réel » : il fera nuit dans le jeu et les boutiques fermeront en synchronisation avec l’horloge de la console, et les saisons défileront, amenant d’autres espèces de poissons et d’insectes et d’autres décorations dans le jeu.

Bien sûr, les événements ponctuels sont toujours de la partie ; et chasse aux insectes, concours de pêche, vente des navets … rythment la vie du joueur.

 

Animal Crossing New Leaf 3

 

En fait, l’épisode qui amène le plus de nouveautés …!

 

Cependant, les graphismes n’ont pas été les seuls à être retouchés. Je n’entrerai pas trop dans les détails, car je suis convaincue, en tant que « fan de la série », qu’une grande partie du plaisir est dans la découverte de toutes ces évolutions.

En vrac : nouveaux types d’accessoires, nouveaux objets, mais aussi nouveaux personnages (et nouvelles boutiques…).

Mais surtout, le fait d’être maire et d’avoir un pouvoir certain sur l’évolution du village. Il sera en effet, à force d’efforts pour obtenir la confiance des citoyens, et bien sûr, d’économies, possible de financer la construction de nouveaux équipements comme un pont, un puits…

Plus surprenant, il sera possible de faire des arrêtés ! Je n’en dirai qu’un : celui pour retarder la fermeture des boutiques. Et oui !

Je n’ai joué que quelques jours, et finalement, cet épisode amène déjà un beau lot de surprises pour l’habituée que je croyais être. J’en suis de plus persuadée : ce n’est que le début.

Jamais seul

 

Animal Crossing New Leaf n’est pas, à mon sens, un jeu solo. Certes, le jeu fonctionne très bien hors-ligne, et n’avoir aucun contact y jouant n’est pas une catastrophe.

Néanmoins, pour pouvoir profiter de l’ensemble des fonctionnalités et toujours en découvrir d’autres, rien de tel que d’inviter des personnes à visiter son village.

Animal Crossing New Leaf 2 C2J

 

Déjà à l’époque de Animal Crossing Wild World, je me souviens avoir partagé mon Code Ami avec de nombreuses personnes, en passant par un forum, afin de collecter tous les fruits. Mais à l’intérieur de notre petite communauté, nous partagions aussi astuces et meubles, décorations…

 

Je m’attendais donc à continuer sur cette même lancée.

Là où j’ai été surprise, c’est par le nombre de joueurs « hors cible » (nous dirons donc adultes et hommes, même si c’est de la connerie bêtise, je pense…) qui s’est rué sur le jeu et a fait des appels sur Twitter.

Les fonctionnalités en ligne ont par ailleurs été améliorées, tout en restant dans la logique Nintendo assez protectrice : une fois ami avec quelqu’un (via l’interface 3DS, et échange de codes amis), il sera possible de devenir « meilleur ami » et de communiquer avec cette personne si les deux sont en ligne, sans pour autant être dans le même village.

Et puis les fruits et autres objets sont désormais bien plus nombreux !

Bref, pas un soir sans se connecter et troquer depuis que j’ai reçu mon exemplaire.

 

On notera aussi l’ajout du fortune cookie, achetable avec la monnaie de jeu 3DS (que l’on gagne via le podomètre), qui permet de débloquer des objets Nintendo (costumes Pikmin, meuble Super Mario, casque Metroid, etc…). Pas frappant mais sympa, j’avoue que je préférais quand c’était « moins facile » de les obtenir, mais c’est mon avis de grincheuse.

Le StreetPass quant à lui permet de partager sa maison et son personnage, rendu visible dans le Village Témoin. Il sera alors possible d’acheter certains des objets présents dans les maisons des personnes rencontrées, au prix fort par contre.

 

 

En résumé, des tas de petits plus qui ajoutent encore de la valeur à ce jeu que j’attendais déjà pour les qualités de la série.

Et j’en attends encore plus, certains classiques (Kéké !) n’ayant pas encore pointé le bout de leur nez dans ma partie.

 

Vous avez une 3DS ? Essayez-le, ce sera vraiment surprenant.

Et puis, si l’envie vous prend, n’hésitez pas à me demander de visiter mon village ! Mon code ami : 3007 8190 8387

Je n’accepterai pas non plus au hasard, j’ai peur des serial creuseurs ! 😉

 

Animal Crossing New Leaf, Nintendo

~35€ jeu seul, dans toutes les boutiques de jeu vidéo habituelles et en ligne

 ~220€ bundle 3DSXL édition limitée, en ligne (attention peu de stock restant) et sans doute aussi dans quelques boutiques

New York Day 2 (1/2) : Empire State Building, Little Korea, Macy’s & Nintendo World !

Hop, voici le récit de mon deuxième jour à New York !

;

Deuxième jour, deuxième réveil à l’aube. Je me lève du coup tout tranquillement, puis prends mon chemin vers le métro, en passant par Starbucks (c’était un peu le passage obligatoire !) pour déguster un merveilleux Cinnamon Roll. Sérieusement, goûtez-les. En France, c’est pas mal, mais alors là, c’était vraiment délicieux.

;

Starbucks New York Cinnamon Roll

;

Om nom nom nom 🙂

Bref. Je me dirige donc vers… l’Empire State Building ! En effet, la météo se dégradant au fur et à mesure de mon séjour, il valait mieux ne pas trop attendre avant d’aller admirer la vue.

La chose étonnante, c’est que la plupart des boutiques ouvrent assez tard. Du coup, quand j’arrive, tout est encore fermé, ou en phase d’ouverture. C’est assez amusant de voir toutes ces enseignes encore fermées, je profite du « calme ».

;

J’arrive enfin au pied de l’Empire State. Et je l’avoue, d’en bas, habituée à voir sa forme particulière , je ne l’ai pas du tout reconnu.

Grâce à mon CityPass, pas de file d’attente.

De toute façon, les lieux sont presque déserts à mon arrivée, je remercie le décalage horaire.

Mais, surtout, l’audioguide était inclus.

Je ne l’aurais pas pris sinon, la fatigue ayant raison de mon envie d’écouter du blabla. Mais finalement, sur le ton de la narration (une immigrée française du Sud raconte la ville à travers son regard), il s’est avéré une précieuse aide pour pouvoir enfin me situer dans la ville, en apprendre quelque peu l’histoire, avec quelques anecdotes.

Franchement, je le recommande !

Je vous laisse admirer la vue sous différents angles… (c’était super, et certaines de mes photos me donnent aujourd’hui le vertige !)

NYC Empire State Building 1

NYC Empire State Building 2NYC Empire State Building 3NYC Empire State Building 4NYC Empire State Building 5NYC Empire State Building 6NYC Empire State Building 7NYC Empire State Building 8NYC Empire State Building 9

;

J’ai acheté quelques petites bêtises, autant je n’avais pas trop envie à la Statue de la Liberté, autant là ça me tentait !

;

Shopping Empire State Building

La bonne nouvelle (pour moi !) c’est que le bâtiment se trouve à deux blocs de… Little Korea !

Découvert sur Internet en cherchant l’adresse de la boutique de The Face Shop à New York (oui, même là-bas, je continue mes manies coréennes…!), ce petit quartier est un vrai portail de téléportation.

C’est simple, je pense que sans savoir que c’est aux Etats-Unis, on le placerait sans difficulté en Corée, puisque tout est écrit en coréen, et que même les chaînes de boutiques répandues y sont présentes (et là-bas uniquement !).

NYC Little Korea 1NYC Little Korea 2NYC Little Korea 4 lunch

Du coup j’en ai profité pour manger un bibimbap et une kimchi jige (soupe de kimchi) au passage, dans un petit « self » adorable.

Et le butin de The Face Shop (oui, quand même !) :

Shopping The Face Shop

A l’occasion (chaque chose en son temps !) je swatcherai tout ça, je peux déjà vous dire que le vernis rose me semble bien être un dupe de « Sparrow Me the Drama » d’OPI !

;

En me baladant je tombe sur le Macy’s…

;

Macy's

;

Pas de traces d’Halloween, par contre déjà Noël bien préparé ! La moitié d’un étage était consacré aux décorations…

Christmas Macy's

;

Et l’autre morceau était pris par la partie « Mariage ». Autant dire que cette robe-là, je veux bien !

Wedding Macy's

Bon à ce moment je ne sentais déjà plus mes pieds, mais c’est pas grave, je me suis mise en tête de remonter la cinquième avenue, pour voir les boutiques du coin : Build-a-Bear, Nintendo World et M&M’s World.

Oui, ces trois boutiques ne sont pas tout à fait au même endroit, mais j’étais motivée.

;

Bref, il s’est mis à pleuvoir, heureusement j’avais mon parapluie donc j’ai marché vite vite tout droit…

Et sans vraiment m’y attendre, hop, Build-a-Bear est apparu 🙂

Buid-a-bear NYC 1

(Oui il pleuvait plutôt pas mal)

Build-a-Bear NYC 2

;

J’y ai fait un petit tour, mais je n’ai pas trop trainé parce que j’ai un gros soucis avec les symboles de l’enfance parce que j’étais un peu pressée de trouver Nintendo World !

Et, avec un peu d’aide de l’iPhone, j’ai fini par trouver !

Autant dire que je n’avais jamais vu autant de merchandising Nintendo de ma vie…

NYC Nintendo World 1NYC Nintendo World 2NYC Nintendo World 3NYC Nintendo World 4

La bonne nouvelle pour les Pokéfans c’est que le rez-de-chaussée est… un Pokémon Center !

J’étais persuadée qu’il n’y en avait plus en dehors du Japon, et j’en ai déjà visité deux : Tokyo et Yokohama, du coup rien d’intéressant pour moi, mais ça reste bon à savoir 😉

L’étage est divisé en deux : une partie pour jouer à la Wii U (en installation lors de mon passage) et une partie merchandising/musée. J’ai pris plein de photos mais il fallait bien faire un choix… (si vous voulez vraiment voir plus de photos, je peux toujours en ajouter sur la page Facebook du blog, si ça vous intéresse faites-vous entendre ^^).

J’ai quand même fait quelques achats :

NYC Nintendo World shopping

;

Le temps que je fasse le tour la nuit est tombée, et en sortant, je suis tombée sur… Time Square de nuit ! (oui quand je me balade c’est à 90% au hasard)

Mais ça, ça sera dans le prochain article ! (en priant pour que je ne mette pas autant de temps à chaque fois, hein)

PS : Mes pensées vont bien entendu à toutes les personnes en détresse à la suite du passage de l’ouragan – le peu d’images que j’ai osé regardé me peine. En espérant que tout aille au mieux pour eux au plus vite.

Rhythm Thief & les mystères de Paris : la démo disponible sur le Nintendo eShop (N3DS)

C’est une bien bonne nouvelle qui nous arrive aujourd’hui, puisque l’on apprend la mise à disposition de la version de démonstration d’un jeu que j’attends avec impatience : Rhythm Thief & les mystères de Paris, le jeu étant prévu pour le 5 avril 2012 en Europe.

C’est donc avec une grande motivation (et une galère sans nom, batterie vide, pas de WiFi…) que je me suis procurée cette démo sur le eShop de ma 3DS.

Pour vous situer un peu le jeu, il s’agit d’un jeu de rythme mêlé à un jeu d’aventure : deux genres que j’affectionne tout particulièrement, ce qui explique ma grande attente (surtout que ceux-ci sont -euphémisme !- très rarement mis ensemble).

Quant au pitch, rien n’est indiqué au lancement de la démo, et celle-ci ne présente aucune vidéo explicative…

Rendons-nous donc sur le site officiel de Nintendo pour en savoir un peu plus :

Une histoire palpitante associée à un tempo endiablé : dans Rhythm Thief & les mystères de Paris, vous contrôlez Raphael, un élégant voleur célèbre pour dérober des tableaux avant de les restituer quelques jours plus tard. Vous enquêtez pour tenter de résoudre la mystérieuse disparition de son père tout en esquivant habilement la police, en déjouant la vigilance des gardiens de musée… et en croisant l’empereur Napoléon ! Cette intrigue est plus tortueuse que vous ne pouvez l’imaginer.

L’action se déroule dans un Paris de dessin animé somptueusement rendu, dont les lumières vives et les monuments emblématiques prennent vie grâce à la console Nintendo 3DS. Vous arpenterez la ville au pas de course, résoudrez des énigmes, découvrirez des indices et déroberez de précieuses œuvres d’art – avant de restituer votre butin, bien entendu. Raphael ne rate jamais une occasion de marquer son sens du rythme et cinq défis musicaux vous attendent, au cours desquels vous devrez toucher l’écran, faire glisser le stylet et pivoter le gyroscope en suivant le rythme de la bande-son.

Elle contient trois niveaux de danses, chacun reprenant un type particulier de gameplay, et donc (dommage, mais cela préserve aussi un peu de suspens) aucune phase de jeu en « aventure ».

R01 (puisqu’il s’agit de « Rythmes ») – Spectacle, nous présente un niveau jouable au stylet. En suivant nos deux compères voleurs, il s’agit de réaliser sur l’écran tactile flèches et cercles, dans le rythme, forcément. Il s’agit du « Rythme » le plus classique à mon goût, avec un gameplay déjà vu ailleurs, j’y reviendrai. En tant que Français, on ne pourra s’empêcher de sourire lorsque (par magie ??) les danseurs se retrouvent sur l’Arc de Triomphe, puis sur un quai de Seine avec la Tour Eiffel en arrière-plan.

R02 – Pillage au Louvre, quant à lui, est déjà plus curieux : il s’agit d’échapper à la vigilance des gardes en se cachant derrière des statues, en appuyant sur les boutons colorés leur correspondant. En rythme. Oui.

R03 – Bataille diabolique, m’a quant a lui étonné car… il se joue avec les boutons de la console ! Plus précisément, A et la croix directionnelle. Il y faut se battre contre des ennemis venant de la droite et de la gauche.

Ces trois niveaux présentent donc un panel assez varié de ce que pourra être le jeu.

Ce qui m’a marqué, est que contrairement à ce que j’aurais pu croire, il s’approche bien plus d’un Rhythm Tengoku (Rythm Heaven) que d’un Oendan (« Osu! Tatakae! Ōendan ») , pour ceux qui connaîtraient ces jeux (qui ne sont pas forcément les plus fameux, mais parmi les meilleurs cependant ! en tout cas je ne saurais que vous les conseiller, surtout maintenant que chacun ont au moins une version disponible en France). Ca m’a vraiment frappé ! En effet, il s’agit plus de respecter un ordre d’action que de tapoter sur le rythme de la musique tout du long. Par ailleurs, dans cette démo, la musique, bien qu’utile, n’est pas vraiment marquante : on s’attachera plus au rythme qu’aux mélodies.

Ce n’est pas du tout une critique, mais vraiment un étonnement : jamais je n’aurais cru voir un Rhythm Tengoku se parer de ses plus beaux habits de voleurs…! C’est un peu son opposé d’un point de vue esthétique…

Ca c'est caractéristique de Rhythm Tengoku, par exemple.

Néanmoins, un coup d’oeil au trailer de gameplay annonce des musiques plus mélodieuses, voire des chansons. A voir donc, dans la version complète du jeu.

Un autre point fort : le jeu a été doublé en français, et d’une manière plutôt soigné, à en croire ce que l’on en entend. C’est toujours agréable de voir un jeu mériter une bonne adaptation, ce qui nous amène loin de certains cauchemars sur Nintendo DS (pour ne citer qu’eux : « Les Caves du Temps », dont ils ont même abandonné la sortie française, ou « Lifesigns » qui au départ très bien traduit devient complétement incompréhensible…! malgré pour chacun de bonnes idées, dommage.)

J’ai été plutôt agréablement surprise par cette version de démo, même si j’attends bien évidemment de pouvoir goûter au mode aventure avec impatience.

Pour récupérer la démo, vous pouvez flasher ce code à l’aide de votre console Nintendo 3DS, ou bien vous rendre directement dans le eShop, ce que j’ai fait… :