Compte-rendu (tardif mais qu’importe ?) de ce fameux week-end inaugural du «Projet de préfiguration du Centre Pompidou – Metz», càd de Constellation :

Vendredi 15 mai 2009 :

J’ai travaillé de 19h à minuit au Musée de la Cour d’Or sur l’exposition Calder, donc je ne vais pas vraiment pouvoir parler des autres manifestations de ce soir-là.
Néanmoins, je peux dire que l’exposition Calder (la seule qui est devenue payante, en tant qu’exposition temporaire du Musée) vaut le coup d’y aller. Non ce n’est pas une déformation professionnelle, bien que je dois admettre qu’avoir fait un speech aux 550 personnes qui sont passées par là ce vendredi soir finit par faire, au choix, aimer ou haïr Calder. Personnellement c’est la première : je ne connaissais rien de son oeuvre, et oui j’ai improvisé mes explications du peu que j’avais pu apprendre avant, mais j’ai fini vraiment par les aimer, ces mobiles.

Samedi 16 mai 2009 :

Je me suis baladée pour voir la plupart des happenings et oeuvres.

Ainsi, j’ai pu aller voir le fameux Postcards from the future ! Malgré les difficultés niveau comm (dire que maintenant, on trouve les cartes postales partout…), il y avait plutôt du monde. C’était super de voir peu à peu les personnes des cartes postales venir l’air de rien…

Et juste avant, pour patienter, j’ai pu prendre en photo notre super Varini !

Y’a pas à dire, ça a la classe. À voir en vrai, évidemment, pour se rendre compte du travail sur la profondeur (l’immeuble blanc au fond est vraiment éloigné par rapport à ceux jaumont).

Ensuite, direction les Trinitaires, pour aller voir le Anish Kapoor, et les autres oeuvres présentes là-bas. Ce premier est vraiment impressionant. Je ne l’imaginais pas du tout comme ça, à vrai dire. Quand on se mire dedans, on a l’impression que l’on va tomber ! Et là, la photo est superflue, on ne peut vraiment s’en rendre compte qu’en le voyant par soi-même.

Puis, le FRAC où est exposé La Bruja, oeuvre la plus étonnante il n’y a pas à dire ! Composée de plusieurs milliers de kilomètres de fil … Oui on pourrait penser que j’exagère, mais il suffit de s’y rendre pour comprendre…

Y’en a plein partout

Vraiment partout !

Ne cliquez ici ou que si vous êtes sûrs et certains que vous ne passerez pas à Metz d’ici octobre et donc que vous ne verrez pas par vous-même la «chute» de cette oeuvre !!

Puis, après des déambulations, un petit passage à la galerie Faux Mouvement où se trouve l’oeuvre Sol.6 et, surprise, où nous trouvons la compagnie du Commando Souffleurs Poétiques !

Le principe ? S’asseoir près d’un des parapluies parsemés dans la salle, puis attendre qu’un homme ou une femme s’approche de vous, accolle à votre oreille un tube dans lequel il ou elle soufflera des poèmes.

Testé et approuvé. On dirait vraiment que la personne se trouve juste à côté de nous… Un super moment.

On s’éloigne ensuite du centre, pour se diriger vers la gare où se trouve le Tinguely de Constellation. C’est vraiment un sacré truc :

On ne voit vraiment pas tout, sur cette photo… J’aurai l’occasion d’en prendre d’autres quand je bosserai là-bas.

Et enfin, parce qu’il fallait bien y aller faire un tour : le Centre Pompidou, en construction !

Je trouve que cette photo est réussie dans le sens où on dirait vraiment une carte postale retouchée sous photoshop tellement les couleurs sont bizarres.

On va à la «Maison du projet» où se trouvent en parallèle les maquettes du CP et du CP-M, assez sympa. Puis… ?!???!??!!!!!… alors que l’on patientait gentillement… J’entends M. Thil (dont le nom ne s’écrit pas comme ça très certainement, l’ancien grand chef de tout ce qui concerne les animations sur Metz) parler et dire «blablablabla Shigeru Ban blablablabla». Je me retourne…. et putaindebordeldemerde l’architecte du CP-M se trouve derrière moi. Je me retiens de pas hurler. Je prends avec calme mon (très cher) Bic (il faut toujours avoir un Bic sur soi !) puis je fouille dans mon sac pour trouver un truc à faire dédicacer. Une fois la dédicace faite je m’éloigne un peu pour me mettre à ne plus m’en remettre. Enfin, un classique, quoi.

Après une sieste éclair (oui je n’en pouvais plus : rappelez-vous que j’avais travaillé la veille jusqu’à minuit dans le froid), je me dirige vers le parc de la Seille où doit se tenir la «fête».

J’arrive pendant le spectacle de danse, homme et machine. Très bien réalisé, ça a vraiment dû nécessiter de l’entrainement. Pas de photo. Enfin si, des loupées.

Je croise ma chef, Mme Guedj, et mon prof d’anglais M. Nowak. Cette première me reconnait et me salue directement, ce second… ne comprend rien mais me fait un signe de tête. C’est pas grave hein.

Le concert Datamatics 2.0 … Vraiment particulier. Mais j’ai bien aimé chercher les liens entre musique et images, et savoir ce que représentait ces dernières.

Puis le feu d’artifice… WOUHOU. Ça en jette, ce n’est pas un feu classique, mais «contemporain» : rythmes et lumières jouent avec les feux. Je sais de source sure (fuhuhu vous ne trouverez pas ça ailleurs) que ce feu a coûté entre 100 000 et 150 000 euros. Oui c’est beaucoup. Non je ne sais pas d’où sortent les fonds pour Constellation (CP ? Metz ? Lorraine ? Moselle ? CA2M ? Il faudra que je me renseigne tout de même).

En fait cette même source m’a dit que le Groupe F a tiré en rafales des feux dont on est fier d’en tirer un normalement…

Voilà voilà. Rien pour le dimanche, j’étais occupé à la brocante.

En espérant que cela vous ait donné envie de venir faire un tour d’ici octobre…

Le sol de la cour du FRAC, avec au bas mot 2 cm d’épaisseur de fil mêlé

2 comments on “Projet Constellation phase 9 !”

  1.  » J’ai failli attendre « 

    J’avais pensé à une SUPER blague au boulot, tout à l’heure, je voulais dire  » entre la sortie de Duke Nukem Forever et l’article sur le Projet Constellation on ne sait pas lequel sortira le premier  » j’ai trouvé ca super drole moi :p

    En tout cas c’est super j’ai tout lu et pas vu les 2 photos cachées ! Merci a toi.

Laisser un commentaire