«J’en étais là de ma rêverie, nonchalamment étendu dans un fauteuil, laissant errer mon esprit, à son gré; état délicieux, où l’âme est honnête sans réflexion, l’esprit juste et délicat sans effort; où l’idée, le sentiment semble naître en nous de lui-même, comme d’un sol heureux; mes yeux étaient attachés sur un paysage admirable, et je disais, l’abbé a raison, nos artistes n’y entendent rien, puisque le spectacle de leurs plus belles productions ne m’a jamais fait éprouver le délire que j’éprouve; le plaisir d’être à moi, le plaisir de me reconnaître aussi bon que je le suis, le plaisir de me voir et de me complaire, le plaisir plus doux encore de m’oublier. Où suis-je dans ce moment? qu’est-ce qui m’environne? je ne le sais, je l’ignore. Que me manque-t-il? rien. Que désiré-je? rien.»

Denis DIDEROT, Salon de 1767

2 comments on “«Rêverie»”

Laisser un commentaire