Test Raylex : le coup de pouce pour ne plus se ronger les ongles !

Raylex logo

Bonjour tout le monde !

Vous ne rêvez pas : un nouvel article 😉

En effet, il y a peu, on m’a proposé de tester un nouveau produit : le stick Raylex pour arrêter de se ronger les ongles, et ça m’est apparu être une très bonne idée.

Si vous suivez le blog, vous savez cependant que je ne me ronge pas les ongles… Mais ça a été le cas, pendant très longtemps : jusqu’à mes 18 ans. A cet âge (précisément, puisque j’ai arrêté le mois suivant mon anniversaire) j’ai tout fait pour arrêter pour de bon après toutes ces années sans vraiment y arriver… Et ça a été une vraie galère.

Du coup, si je pouvais trouver une autre moyen que la débrouille (ça aura pris plus d’un an pour que je n’ai plus aucune envie de me ronger les ongles, à changer de vernis à ongles tous les jours pour perdre le tic…), et vous le présenter : bingo.

J’ai donc reçu mon petit kit, une boîte cartonnée avec à l’intérieur comme un gros stabilo : le stick Raylex, et une notice avec plein de … chiffres cracras sur la réalité quand on se ronge les ongles.

Raylex boîte

Par exemple, saviez-vous que mettre ses ongles en bouche, c’est comme lécher le distributeur de savon dans les WC d’une gare ? Oui, beurk. Et je n’ai pas mis le pire. Pour les curieux, ces infos se retrouvent dans l’application, on y reviendra.

L’objectif : arrêter de se ronger les ongles en 18 jours, ce qui est bien mieux que ma triste année.

A l’intérieur donc le produit en lui-même :

Raylex

Il est assez gros mais ça reste plutôt pratique et maniable. En le débouchant, c’est encore une fois tout comme un surligneur puisqu’avec Raylex pas de vernis ou de pot en verre galère, mais une pointe feutre imbibée de produit.

Raylex stylet

Il pénètre donc dans l’ongle sans laisser de marques ni de brillance, et est composé d’un mélange d’écorce d’agrumes et de dénatonium qui n’est pas moins que la substance la plus amère au monde ! Il favorise par ailleurs la croissance avec de la biotine (vitamine B8).

Raylex s’applique sur la pointe des ongles nus, et sur les bords des ongles si vous grignotez aussi les peaux : il faut adapter la pose à ses besoins, pas la peine d’en tartiner partout. Et là, ça tombe bien que l’application soit facile !

En bonne cobaye j’ai… appliqué Raylex et je l’ai goûté sciemment. Car oui je me suis dévouée à 100%, aussi bien partante pour comparer avec le vernis amer Ecrinal que ma maman m’avait offert dans une des mille tentatives de me faire arrêter de me ronger les ongles. J’en ai gardé un terrible souvenir puisque c’était amer, mais pas assez pour me dégoûter, et en revanche ça allait se mettre sur tout ce que je mangeais avec les doigts, berk.

Revenons-en donc à mon grand sacrifice 😀

Raylex est officiellement la chose la plus amère que j’ai pu goûter de ma vie. Or, j’apprécie l’amertume donc il en fallait vraiment beaucoup pour que ça me dégoûte ! Mais alors là, bingo, c’est sûr que ça calme ! (Pour ceux qui vivraient la même mésaventure, la marque conseille de mâcher un chewing-gum pour passer le goût : ça fonctionne, dieu merci)

Du coup : complétement aversif. Rien à redire. La marque promet par ailleurs que le goût ne transfère pas sur les aliments, ce qui lui confère un vrai avantage face aux différents vernis amers.

Mais ça ne s’arrête pas là, pour la suite revenons-en à la fameuse application.

Complétement gratuite (pour tous, sans obligation d’achat du stick – à son lancement il vous sera demandé si vous le possédez pour adapter les alertes), elle propose plusieurs actions.

Raylex App

Déjà, une ou deux alertes : un rappel d’application de Raylex (seulement si vous avez déclaré en avoir un, modifiable dans les paramètres), et un rappel de suivi en fin de journée, aux heures que vous souhaitez.

Chaque jour il sera ainsi possible de suivre si oui ou non vous vous êtes rongés les ongles, le tout parsemé de trucs et astuces, ainsi que des informations dégoutantes mais vraies.

Il s’agit donc d’un accompagnement afin d’arriver à perdre cette mauvaise habitude en 18 jours et franchement, je trouve que à la fois l’application facile du produit et l’aspect coaching de l’application font de Raylex un bon produit pour arrêter de se ronger les ongles.

Raylex se trouve assez facilement (je l’ai vu souvent ^^ et oui bien malade j’ai été en ce début d’année) en pharmacie et sur Internet autour de 19€.

Et vous, vous êtes vous rongés les ongles ? Ou est-ce toujours le cas ? Partagez vos expériences dans les commentaires !

La marque coréenne Tony Moly arrive enfin en France !

petite bunny gloss bar Tony Moly

C’est une très bonne nouvelle pour les fans de cosmétiques coréens qui nous est arrivée hier sur le site de Yonhap (équivalent coréen de l’AFP) : la marque Tony Moly arrive enfin en France !

Tony Moly logo

J’avais déjà pu vous en parler à plusieurs reprises notamment dans ma petite revue ici, car c’est depuis quelques années la marque la plus connue en dehors de l’Asie.

En ce qui nous concerne, elle sera disponible via une sélection de produits (hélas !) chez Sephora, ce qui n’est une surprise qu’à moitié pour moi car j’avais déjà pu voir la marque en Inde dans cette même chaîne.

On peut se donner une petite idée de ce qui arrivera sans doute par chez nous en visitant le site US de Sephora : les musts de la marque notamment le Pocket Bunny Mist ! J’espère quand même que la gamme sera un peu plus grande et assez bien mise en avant, pas comme les 4 produits DHC planqués dans un coin chez Nocibé…

Pas de date prévue mais le service marketing de Tony Moly promet une campagne assez active pour promouvoir les produits – ce qui devrait donc faire plus de bruit que l’arrivée de Too Cool For School aux Galeries Lafayette, il n’y a plus qu’à attendre !

Hairfax : des produits capillaires pour chaque problème

Hairfax Comfort Plus 2

Bonjour à tous ! Je vous propose aujourd’hui une petite revue d’une gamme de produits capillaires que je ne connaissais pas (et qui me semble assez méconnue) : Hairfax.

http://www.buzzfeed.com/ceciledehesdin/si-cest-comme-ca-je-prends-le-bus#.xx4R8vamNIl faut dire que déménager pour Lyon a été assez fatigant, même (ouf) avec l’aide de déménageurs. Nouvel appartement, nouvelles habitudes… J’ai été bien fatiguée et ça s’est vite ressenti : peau et cheveux KO.

Même si j’ai fini par faire sa fête à ma sale coupe (j’ai aujourd’hui un carré plutôt court, il n’y avait plus rien à faire), la découverte des soins Hairfax a été vraiment au top.

La marque propose en effet différentes gammes spécifiques à des problèmes : perte de cheveux, cuir chevelu gras, pellicules… Chacune proposant un ensemble de produits – booster et/ou sérum, soin lavant et lotion – pour être efficace au mieux.

Dans mon cas ? La gamme Comfort Plus pour apaiser le cuir chevelu irrité.

Hairfax Comfort Plus 1

La première bonne nouvelle ? 0 paraben, 0 silicone et 0 sulfate !

Il faut dire que ça aurait été dommage de guérir le mal par le mal, ici que nenni puisque les ingrédients naturels sont de mise.

Les trois produits se combinent bien (et l’on ne se retrouve pas avec 3 tonnes de produits sur la tête) puisque si le booster s’applique le soir, le soin lavant sous la douche tout comme un shampooing et la lotion sous forme de spray peut s’appliquer indépendamment par exemple les matins.

Hairfax Comfort Plus 2

(Oublié de la photo, l’embout qui se met sur le soin lavant et qui permet une meilleure application…)

Voici les différents conseils d’utilisation pour ces trois produits :

  • Le booster : avec son fort pouvoir hydratant et anti-démangeaisons, il a une utilisation optimale le soir avant de se coucher, une à trois fois par semaine. Il a une odeur assez forte mais pas désagréable (et qui n’empêche pas de s’endormir).
  • Le soin lavant : il remplace partiellement ou complétement le shampooing selon l’état du cuir chevelu. Il peut en effet être utilisé de quotidiennement à une fois par semaine. Il est très frais et agréable par ailleurs. 🙂
  • La lotion : elle apaise le cuir chevelu et l’hydrate – l’application est facile grâce au spray, sans rincer. Tout comme le shampooing il est possible de moduler l’utilisation selon besoin.

L’utilisation optimale des soins est de deux mois, mais j’avoue que j’ai triché car j’ai utilisé les produits jusqu’à aujourd’hui légèrement moins longtemps, mais les effets notamment avec le booster sont immédiats. En cas de crise des cheveux (si, si…) c’est un produit au top.

Là où c’est un peu moins agréable, c’est du côté du prix, 99€ pour les trois produits tout de même. Mais il est parfaitement possible de n’en acheter qu’un ou deux, par exemple ne prendre que le booster en complément d’un shampooing doux 3-free, ce qui serait mon conseil par ailleurs 😉

Pour acheter les produits et disposer d’un diagnostic précis, Hairfax dispose d’un institut parisien mais aussi un peu partout en France, retrouvables ici. Pour les plus pressés il est aussi possible de commander en ligne directement sur le site de la marque.

Et vous, avez-vous aussi (ou avez-vous eu) des petits tracas capillaires ? Une méthode ou un produit miracle à partager ? 🙂

Très bonne année (et quelques nouveautés…)

Lyon - Fête des Lumières 2015

Bonjour à tous !

Et oui, cela faisait vraiment un moment que je n’avais pas rédigé sur le blog. A chaque fois j’ai essayé de m’y remettre, mais disons que cette fois j’avais une bonne raison puisque j’ai changé de ville, et pas qu’un peu puisque je vis désormais à Lyon.

Et oui, lasse de la vie francilienne (fatigante malgré ses nombreuses opportunités), j’ai trouvé un nouvel emploi dans un secteur qui me plait (le jeu vidéo !) et me voici dans la « capitale des Gaules » depuis un peu plus d’un mois.

Lyon - Fête des Lumières 2015
Lyon – Fête des Lumières 2015

La bonne nouvelle c’est que j’ai d’ors et déjà trouvé de nouveaux partenariats sur place (mais pas que), et espérons que je saurais trouver le temps et le cœur de m’y remettre à fond ! Car six articles seulement en 2015, c’était vraiment léger et je m’en excuse – fort heureusement certains de mes articles semblent immortels (notamment le tutoriel sur Gmarket, à remettre à jour, mais aussi ma revue du Durcisseur Hérôme, qui est toujours un de mes chouchous !). Sinon le blog aurait sans doute vécu une triste mort…

Mais me revoilà donc, avec un article sous le coude qui paraîtra sous peu. 🙂

Je vous souhaite donc une très belle année, que tous vos vœux les plus chers prennent forme en 2016, et à très bientôt !

PS : J’en ai profité pour « rhabiller » le blog, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, et ne soyez pas étonnés si ça bouge encore un peu – work in progress!

J’ai testé DIETOX, la cure de jus détox

Dietox cat

Depuis quelques mois, j’essaie de reprendre en main ma santé et ma forme. Ca prend plusieurs formes : je me suis mise à la course à pied (et j’ai couru la Nike Women Paris sur 10 km !), je teste le CrossFit, mais aussi la méthode FitNext

Mon côté touche à tout en profite à fond, las de remplir les tiroirs de cosmétiques 😉

Du coup, je profite de cet article pour initier une nouvelle catégorie sur le blog (que je déterre par la même occasion) : Bien-être & Forme.

Le premier article ne parlera pas de ma première tentative pour me sentir mieux, perdre le poids que j’ai accumulé à force de faire passer le travail avant ma petite personne, mais de la dernière en date : la cure de jus DIETOX. Je pense toutefois remonter un peu le temps et vous raconter mes autres essais, si cela vous intéresse. 🙂

 

Venons-en donc au sujet : les jus DIETOX. Vous en avez peut-être déjà entendu parler, cette fameuse cure de jus dont le but est la détox.

Le principe est simple : 6 jus à boire tout au long de la journée, en remplacement de l’ensemble des repas.

Dietox jus

Ces jus ne sont pas de simples jus de fruits, mais des mélanges de fruits et légumes, non pasteurisés pour conserver les nutriments et vitamines, un peu à la manière d’un Yumi.

Exceptionnellement je vais commencer par le prix, puisque celui-ci s’avère assez élevé : 53€ pour six jus (donc, un jour) et 10€ de frais de ports. Et… même si la cure me faisait de l’oeil, je n’aurais pas dépensé tant d’argent dans cette dernière.

J’ai donc profité d’une vente privée pour me procurer la cure pour une trentaine d’euros, une somme qui me paraissait bien plus honnête.

Chaque jus se boit sur une tranche horaire : 7h-9h, 10h-12h, 13-15h, 16-18h, 19h-21h et enfin 22h-24h. Dietox conseille par rapport de boire doucement, sur une demi-heure au minimum, afin de profiter au mieux des nutriments – mais je pense aussi que boire lentement permet d’arriver à un meilleur sentiment de satiété.

Voici les bêtes, une à une – sachant que le format de la bouteille (qui semble-t-il a changé récemment) est assez cauchemardesque, et que j’ai plusieurs fois galéré pour les ouvrir. Imaginez, vous ne pouvez pas prendre autre chose que ça ET c’est la galère de l’obtenir : RAAAAH.

Dernière chose, il me semble que les jus changent selon la saison, donc si vous passez commande un jour, ce n’est pas sûr que vous ayez les mêmes – mais ça permet de se donner une idée !

Dietox Green Sunrise

Le premier jus de la journée : Green Sunrise. Ses ingrédients : Ananas, pomme, épinard, eau, citro vert, concombre, céleri, sirop d’agave, camu camu (un fruit très fort en vitamine C qui ressemble à ça).

Bonne surprise au réveil, le jus est plutôt bon et le goût assez « abordable ». Dommage tout de même que pour arriver à cela il y ait eu un ajout de sirop d’agave (du sucre supplémentaire – même si cela reste meilleur que de la mélasse ou du glucose), mais ça va. Après ce premier jus (bu tout doucement au lever), je commence ma journée tranquillement.

Dietox Tropical Boost

Le deuxième : Tropical Boost. Ses ingrédients : eau, céleri, mangue, ananas, carotte, fruit de la passion, reishi (un champignon), maca (une racine qui ressemble au gingembre) et xanthane (un gélifiant… d’origine naturelle heureusement).

Encore une fois le goût est plaisant, je continue de regretter l’ajout de xanthane – qui permet de faire garder une certaine consistance au jus. Si le but est la détox, j’aurais préféré éviter, n’est-ce pas ?

Dietox Futurist Salad

Le troisième jus, Futurist Salad, annonce le début de l’après-midi. Ses ingrédients : pomme, eau, céleri, épinard, citron vert, kale (sorte de chou), protéine de petit pois, protéine de riz complet, guarana, xanthane et sel de l’himalaya (pourquoi ?).

Le goût est un peu plus déplaisant, et l’envie de machouiller se fait sentir – je me permets de manger quelques graines : amandes, noisettes, cachous, que je mâche allègrement pour éviter de fatiguer l’estomac. C’est aussi une manière de ne pas trop être à cran (comme j’ai pu l’être avec So Shape) et de surcompenser le lendemain.

Pas super fan du sel ajouté, dont je comprends mal l’utilité… Je n’en avais pas particulièrement senti le goût d’ailleurs !

Dietox Purple Dose

On arrive presque au bout avec le quatrième jus : Purple Dose. Quelle belle couleur ! Ses ingrédients : eau, fraise, banane, grenade, framboise, betterave, sirop d’agave (encore lui !), protéine de riz complet, xanthane et açai (un petit fruit anti-oxydant).

Il est plutôt bon, celui-là ! On sent un peu la betterave, mais ce n’est pas déplaisant.

Dietox Eternal Youth

Le cinquième jus, qui sera le pire pour moi : Eternal Youth. Ses ingrédients : pomme, eau, kiwi, céleri, épinard, baies de goji, spiruline (une algue) et xanthane.

Il faut dire que je suis intolérante au kiwi… Du coup, à peine bu (plus rapidement que les autres pour éviter de trop en pâtir), je me suis sentie ballonnée, c’était pas top. Bon du coup je n’avais pas bien faim non plus… Toujours ça de pris.

Dietox Golden Sunset

Le sixième jus, qui fait finir sur une très bonne note : Golden Sunset. Ses ingrédients : eau, mangue, orange, ananas, grenade, banane, carotte, céleri, graines de lin (elles aident à la digestion), xanthane et lucuma (un fruit péruvien dont je n’avais jamais entendu parler).

Ce dernier jus a un très bon goût, très agréable, principalement grâce à la mangue largement présente dans cette sixième bouteille.

 

Mon avis sur la diète :

Il n’a pas été trop difficile de suivre la diète, et à part la mauvaise surprise du kiwi, ça s’est plutôt bien passé.

Les goûts des jus sont très variés, ce qui est aussi un avantage.

J’ai ressenti de légères migraines, que j’avais aussi eu lors de la monodiète FitNext. Mais, alors que la monodiète dure trois jours et que les effets se font vraiment ressentir à partir du deuxième jour, j’ai trouvé que la cure Dietox était trop courte pour être vraiment efficace. L’estomac et les intestins continuent de porter les repas de la veille et l’avant-veille (voire plus…) donc un jour ne suffit pas vraiment à se sentir mieux. Peut-être qu’avoir pris un jour de jus et non le pack diète trois jours (dont un jour de jus) a aussi été un inconvénient.

Si la diète vous tente toutefois, il vous est possible de vous préparer, soit en achetant le pack de diète (67€ ! mais avec un planning et tout ce qu’il faut pour accompagner la diète), soit en diminuant progressivement les apports en protéines animales et en allégeant vos repas progressivement.

Je suis quand même contente d’avoir pu essayer l’expérience à prix modeste, mais ma prochaine détox sera sans doute une nouvelle monodiète, pommes ou riz j’hésite encore !

 

N’hésitez pas si vous avez des questions sur mon ressenti ou pour d’autres informations, les commentaires sont là pour ça !

 

Dietox, jus pour un jour 53€, cure trois jours dont un jour de jus et de quoi se préparer sur trois jours 67€, en vente sur www.dietox.fr (d’autres programmes sur un, trois, sept et dix jours existent par ailleurs).